FM10 Tomate Party

Episode : Hors-saison

Une bonne dose d’imagination !!
C’est exactement ce qu’il a fallu pour faire passer la tomate de plante ornementale à incontournable de la cuisine.
On t’a raconté dans le dernier épisode, comment elle avait réussi à effacer sa réputation d’empoisonneuse. Aujourd’hui, on va te raconter la suite de son histoire, car sa route gastronomique est loin d’être finie.
FoodMood cruel ? Te faire tomber amoureux-se de ce légume en pleine fin de saison avant de long mois d’abstinence, pas très sympa de notre part ?
Ce serait mal nous connaître. Bien au contraire on a pensé à tout, ton confort culinaire est notre priorité.
Et aussi parce que nous non plus, on ne peut se résoudre à s’en passer pendant de si longs mois.
Donc installe-toi tranquillement, on te dit comment remédier à tout ça.

Sauce qui peut

La première apparition de sauce aux tomates remonterait aux Aztèques (en même temps, les tomates viennent de chez eux). C’était en fait plus une sauce aux poivrons agrémentée d’autres ingrédients tels que tomates, oignons et épices.
On voit arriver la sauce tomate à Naples (sûrement par le biais de conquistadors espagnols) à partir des années 1 600. Elle est dans un premier temps servie seule ou pour accompagner les viandes.
Niente pizza o pasta ? 
Il faudra attendre 1837 et le traité « Cucina teorico-pratica » de Ippolito Cavalcanti pour voir apparaître la première recette de pâtes à la tomate (vermicelli con il pomodoro). Recette complétée quelques années plus tard par Pellegrino Artusi (LA référence historique de la cuisine italienne) en 1891 avec l’officialisation de la sauce tomate pour pâtes.
La tomate sur la pizza apparaît à peu près à la même période, il paraitrait même qu’elle soit arrivée là grâce à Raffaele Esposito en 1889 et la naissance de sa fameuse Margherita. Naissance qui aurait d’ailleurs plusieurs versions, mais un débat à la fois.

Faire durer le plaisir

C’est super toutes ces nouvelles info, mais tu n’es pas plus avancé-e sur comment survivre ces prochains mois sans elle…. Figure-toi que nous ne sommes pas les premiers à se poser cette question, et qu’une solution existe déjà et répond au doux nom de passata.
Passata di pomodoro, pour faire simple, c’est une purée de tomate plus ou moins liquide, mise en bocal et conservée ainsi tout l’hiver.
Dis comme ça, ça ne doit pas t’inspirer plus que ça. Sache qu’en Italie, c’est une véritable star.
En effet, elle permet de manger des pâtes à la tomate toute l’année car elle conserve le goût de la tomate intact, et bonne pour la santé car réalisée avec très peu de produits. Sur la liste d’ingrédients, je vais rester vague, car en fait il y a environ une recette par famille, donc extrêmement compliqué à généraliser 😅 Il y a malgré tout consensus sur tomate et sel, ça c’est certain.

Une histoire de famiglia

A force d’en entendre parler comme d’un mythe, j’ai voulu vérifier par moi-même la popularité de la passata. J’ai à peine posé la question à I. et G., 2 italiennes vivant à présent à Paris que G. dégaine immédiatement son portable pour me montrer une photo reçue la veille. On y voit sa grand-mère devant une énorme marmite et une cuillère plus grande qu’elle, en train de remuer le précieux nectar rouge.
I. m’explique qu’elle dans sa famille, c’était plus organisé. Chacun avait une tâche attribuée pour être le plus efficace possible.
J’ai également demandé à D. Il a semblé bcp moins impliqué dans la préparation à proprement parler. En revanche, il garde de merveilleux souvenirs de pain trempé dans la passata fraichement faite… A chacun sa façon d’apporter sa pierre à l’édifice 😉
Et si on a pas de famille italienne, on fait comment ?
Je me suis lancée dans l’expérience juste pour toi…

La recette du mois…Petite passata maison

1. Prends 2kg de tomates (variété avec une pulpe abondante). Lave les et enlève le pédoncule.
2. Mets les dans une casserole avec 1 pincée de gros sel. Tu peux également rajouter un oignon et basilic si tu le souhaites.
3. Une fois que les tomates sont cuites au point de pouvoir les écraser à la cuillère, retire la casserole du feu.
4. Mets ce mélange dans le moulin à légumes afin de laisser de côté peau et pépins.
5. Remplis tes bocaux puis stérilise-les Et te voilà paré-e pour un hiver entomaté 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :